X

Copyright © 243 Stars
contact@243stars.com
+243 840 422 337

Dety Darba : être femme au foyer et artiste professionnelle n’est pas moindre, mais il faut savoir faire la part des choses

PARTAGER

Twitter Facebook Google Plus WhatsApp
Dety Darba  : être femme au foyer et artiste professionnelle n’est pas moindre, mais il faut savoir faire la part des choses
Dety Darba @Self shooting - Goma 2018

Dety Darba est l’une des grandes figures féminines de la world music de l’Est de la RDC et la baronne de la musique de Goma. Mère au foyer, elle explique comment elle exerce son métier d’artiste mais aussi accompli efficacement son rôle de maman

Mariée à Beni Nkomerwa le patron d’Ozzone Production depuis 2015, qui est devenu son Manager deux ans plus tôt, la célèbre artiste de Goma a depuis son bas âge et à la sueur de son front, tracé sa propre voie petit à petit. Titulaire de 12 titres repartis sur deux albums, de plusieurs singles et autres collaborations ; Dety sort son premier album « Fière d’être congolaise » produit par Mutaani Label en 2013 et ne tarde pas à enchainer avec « Adabu » produit par Ozzone production 3 ans plus tard. Lors d’une récente interview nous accordée, elle conseille aux jeunes filles qui voudraient faire de la musique leur profession.

Depuis quand tu as commencé à chanter ? (ton histoire personnelle avec la musique)

Depuis que je suis petite. J’ai grandi dans la musique vu que mes parents chantaient déjà, jusqu’à ce que adolescente, je décide d’en faire une carrière.

Tu es une femme mariée, mère et en même temps tu es artiste et respectée. Comment parviens-tu à combiner ta carrière musicale et ton rôle de femme au foyer  et surtout de mère ?

Ce n’est pas facile. Mais quand on fait avec ferveur et fermeté on y arrive. Déjà que ce n’est pas facile d’être artiste simplement, alors être artiste féminine c’est encore grave avec tous les  stéréotypes qu’on nous colle. Être femme au foyer  n’est pas chose moindre non plus, tout comme être mère. Ces trois jobs combinés en une seule personne et qu’on doit assurer en même temps … Seulement je fais la part des choses, en tant qu’artiste et femme au foyer, je ne combine pas les deux rôles à la maison bien que mon mari soit mon Manager. Quand nous sommes au travail, nous parlons travail : Je suis l’artiste et lui le manager. Mais à la maison, je suis la maman et lui le papa. Nous ne combinons pas les deux à la maison. Je ne veux pas dorénavant que mon fils me regarde comme une artiste mais plutôt comme une maman, sa maman.

En tant qu’aînée, quels conseils peux-tu donner à toutes ces jeunes filles qui veulent se lancer dans le monde artistique qualifié de « masculin » et « misogyne » ?

Le monde artistique est un monde misogyne, oui. Savez-vous pourquoi les gens ont ce « peu » de respect pour moi? Par ce qu'ils savent que ce que je suis, et ce que j’ai, je l’ai mérité de ma propre sueur. C'est tant des contrats annulés, des productions annulées, des collaborateurs partis, par ce qu’ils espéraient qu'en me promettant ceci ou cela, ou même qu’en l’accomplissant, ils auraient d’une certaine façon une « contrepartie » de ma part …

C’est vraiment difficile pour les femmes d’évoluer dans ce milieux parce que quand quelqu’un vient te proposer de te manager ou de te produire ou de collaborer avec toi et tout ça, il te propose d’abord le canapé, il passe le coté sexe avant le côté travail. Alors moi je demanderai à toutes ces filles là de ne pas se laisser faire, dites vous que vous êtes venu travailler et rien que ça. Toutes ces personnes qui croyaient pouvoir profiter de vous, s’ils voient votre détermination, ils vont vous respecter et ce sont eux qui iront témoigner du bien pour vous et qui sait, ils pourront amener des vrais Managers vers vous ! NDLR

Je me souviens des jours où on me laissait dormir dehors.  Je rentre de la répétition il est 19h on me dit : « ici chez nous tu es musicien, tu n’entres pas à moins que tu renonces à ta carrière » et moi je dis jamais je ne renoncerai. Vous voyez ? On fait des sacrifices et quand tu fais des sacrifices comme ça, tu te bats pour qu’on comprenne au moins dans quoi tu es ; tu te respectes aussi parce que le parent son problème c’est quoi ? Il veut savoir ce dans quoi mon enfant s’embarque, ce dans quoi ma fille s’embarque ; est ce que c’est quelque chose de sérieux, est ce qu’un jour il y aura une lumière quelque part, vous voyez ? … Et même pour moi c’est difficile, vous entendrez certains me dire que je risque de couler ma carrière parce que mon mari est mon manager et que telle ou telle autre personne ne saurai m'aborder voyez ? Si un tel cas se produit, je dois conclure que c’est autre chose qui l’a amené vers moi et non le travail... Alors si le fait de ne pas me laisser aller avec ces collaborateurs qui fuient parce que mon manager c’est mon mari coulerai ma carrière, eh bien, j’assume !

En tant que parent aussi, quel message à tous ces autres parents qui interdisent à leurs enfants (surtout filles) de devenir artistes professionnelles ?

Déjà je ne condamne pas ces parents là … parce que quand un parent envoi son enfant à l’école c’est pour qu’il devienne un Docteur, un Avocat ou un Banquier ou quelque chose du genre. Parce que le parent a vu au moins un Banquier évoluer, il a vu un Docteur évoluer, il a vu un Avocat évoluer et à qui il voudrait que son enfant ressemble, pas un Artiste… Puisque vous savez qu’on associe  aux artistes la drogue, la débauche … et c’est en partie vrai. Quand on devient artiste on pense que tout nous est permis et qu’on ne peut pas vivre une vie normale dans le sens où l’on ne peut pas être droit,  juste et respectueux. Ça fait qu’on associe une étiquette de quelqu’un de pas sérieux, d’irréfléchi, de quelqu’un qui n’a pas d’objectif de vie ni d’ambition de vie. Pourtant être artiste c’est être au delà de tout ça, être artiste c’est en tout cas un très grand sacrifice, « savoir sacrifier ce que l’on est, mais aussi ce que l’on a pour le plaisir de tous » … NDLR

Je demanderai à tous ces parents qui interdisent à leurs enfants de devenir artistes professionnels de leur laisser une chance, aussi moindre soit-elle, d’exprimer leur talent. Parce qu’avoir quelque chose dans le cœur que tu étouffes, que tu ne sais pas sortir c’est pénible ; vous n’imaginez pas à quel point mais en tout cas, c’est pénible que tu aies envie de faire quelque chose que ça te tienne à cœur mais que la société ou la nature t’interdise de le faire juste parce que tel ou tel ne l’a pas bien fait …

Commentaires :

Article suivant ...

Mfalme Jeffrey parle des coulisses de son tout nouvel album « plus 243 »