X

Copyright © 243 Stars
contact@243stars.com
+243 840 422 337

Mfalme Jeffrey parle des coulisses de son tout nouvel album « plus 243 »

PARTAGER

Twitter Facebook Google Plus WhatsApp
Mfalme Jeffrey parle des coulisses de son tout nouvel album « plus 243 »
De gauche à droite : Mfalme Jeffreyet Zed B @droit tiers

Après un long moment où l’artiste a enchainé avec des singles et des collaborations, l’artiste a enfin lâché il y a quelques semaines son nouvel album intitulé « Plus 243 » et explique le pourquoi du titre.

Un album qui porte 15 titres et dans lequel on compte une grande participation d’autres artistes tels que Zed B dans « Sweet » et « Wanao Kuzarau » ; Cor Akim dans «Hali ni mbaya » ; Franklino  dans « Nyota na Money » ; Afande Ready dans « Wanainama Remix » et B13 dans « Search your Money », Jeffrey dévoile les causes qui l’ont poussé à intitulé son album « Plus 243 ».

Inspiré plus par les réalités de la République Démocratique du Congo, tel qu’il le laisse entendre,  mais aussi dans le but d’aider certains élèves finalistes qui ont du mal à maitriser les grands points de la géographie du pays, Mfalme Jeffrey a voulu à travers cet opus aider ces derniers à bien préparer leurs matières, juste en écoutant de la musique.

« … je me suis plus inspiré du code du pays, qui est le +243 dans cet album qui regorge slams et chansons hip hop et dans lequel je parle des réalités que nous vivons quotidiennement ici chez nous. Mais aussi j’ai voulu emprunter une optique plutôt pédagogique dans la chanson phare qui parle surtout de la géographie du pays. Un jour en réfléchissant j’ai pu remarquer que certains de nos jeunes frères préfèrent tricher et se tromper de chemin en cherchant par ci par là comment réussir à l’examen ultime que nous avons au pays, l’examen d’Etat. Et du coup, au lieu de se concentrer à étudier, ils préfèrent se tromper par des fanfarons qui je ne sais pas leur amènent des réponses je ne sais tirées d’où. Alors j’ai préféré qu’ils le fassent à ma façon : avec de la musique. Car je connais la puissance de la musique et ça peut aider pour mémoriser une matière … », explique Mfalme Jeffrey.

L’artiste a par ailleurs souhaité donné cette belle œuvre en free streaming et attend voir ceux qui voudront faire un don volontairement pour soutenir ce qu’il fait.

Commentaires :

Ceci peut vous intéresser

Article suivant ...

Quand les artistes de Bukavu font un tabou au "Festival Buja sans tabou" à Bujumbura