X

Copyright © 243 Stars
contact@243stars.com
+243 840 422 337

Qui est Yafeti Cheko Leo, le jeune prodige congolais qui donne une seconde vie à vos pneus usagés et bouteilles en plastique ?

PARTAGER

Twitter Facebook Google Plus WhatsApp
Qui est Yafeti Cheko Leo, le jeune prodige congolais qui donne une seconde vie à vos pneus usagés et bouteilles en plastique ?
Yafeti Cheko Leon dans son atelier ALKEMYST à Bukavu 2017

Yafeti Cheko Leo dit « Le Che » est un jeune entrepreneur et écologiste congolais né à Bukavu, au Sud-Kivu en République Démocratique du Congo mais qui vit actuellement à Bujumbura, la capitale Burundaise.

Né à Bukavu, chef-lieu de la Province du Sud-Kivu le 04 février 1991, Yafeti Cheko Leo communément appelé « Le Che » par ses amis, est un jeune entrepreneur et écologiste de nationalité congolaise vivant à Bujumbura où il dirige son atelier « ALKEMYST », un atelier spécialisé dans le recyclage des pneus usagés et des bouteilles en plastiques pour produire des meubles. Découvert à travers son interview avec le magazine burundais « Iwacu », l’équipe de 243 Stars l’a joint au téléphone où il nous a en large dévoilé de son entreprise « ALKEMYST ».

Juriste de formation, mais avant tout je suis un écologiste et un entrepreneur

«… En 2015 je suis rentré au Congo après avoir fini bien sûr mes études en Droit et j’ai commencé à travailler dans un cabinet d’Avocats comme Assistant. Je ne m’y suis pas vraiment senti beaucoup dans mon bain alors j’ai décidé d’arrêter pour commencer un projet qui consistait à organiser des Festivals pour la paix à travers la région des grands lacs on a appelé ça la ‘caravane des jeunes des pays des grands lacs’…

J’ai toujours aimé faire des travaux manuels même si j’ai une formation juridique, alors depuis que je suis tout petit je faisais des petits bricolages à la maison. En 2010, si je me souviens très bien, j’ai participé à un programme de jeunes entrepreneurs à Bukavu dans le cadre du guichet d’économie locale du Sud-Kivu où j’avais présenté un projet de recyclage des appareils électroménagers pour faire des petits transformateurs-élévateurs …

En arrivant au Burundi pour continuer mes études en 2012 j’ai abandonné mon projet à Bukavu et j’en ai commencé un autre avec des amis ici qui consistait à recycler les poussières de charbon de bois pour faire les biocharbons … »

Genèse de ALKEMYST : comment on en est arrivé là, quels sont les défis à relever et quel conseil aux jeunes ?

Membres de l'atelier ALKEMYST

Après une multitude de projets qui se sont butés les uns après les autres à un problème de financement, ce n’est qu’en 2016 que Yafeti Cheko arrive à créer « ALKEMYST ».

Tout part d’un documentaire que Cheko suit sur i24_news et se décide de faire pareille ! Peu après, il ne tarde pas à se lancer dans l’aventure qui n’est pas du tout anodine.

« L’entreprise @LK€M¥$T (design & Recyclage) qui a comme slogan ‘Il y a de l'or dans vos poubelles’ a été créée suite à deux constats :

1. L'énorme quantité de bois coupés pour faire des meubles et dont l'impact est néfaste pour l'environnement

2. La quantité des déchets dégagés chaque années par les habitants, surtout ceux des villes, et qui est généralement destiné à des dépotoirs à ciel ouvert ou aux incinérateurs aussi nuisibles à la santé et aux écosystèmes. Les deux constats nous ont poussés à envisager une solution écologique et économique pour aborder ce double problème. C'est de là qu'est née notre entreprise de récupération, de trie, traitement et réutilisation d'un certain nombre des déchets: les pneus, bouteilles plastiques et cartons usagés pour faire des meubles,  des objets de décoration et l’aménagement des jardins ainsi que des espaces des jeux. Actuellement notre entreprise participe à la contribution des jeunes au développement des emplois verts par la formation et l'autonomisation des jeunes à travers des petits ateliers de design et recyclage dans trois ville de la sous-région des grands-lacs africains (Bujumbura, Bukavu et Goma) … et ce dernier sera bientôt lancé car la formation de l’équipe de Goma est fin prêt.

Le plus grand problème auquel nous nous sommes butés jusque-là c’est entre autre un problème de développement, notre souci est de lancer des ateliers à travers la région, encadrant et formant des jeunes dans divers métiers du recyclage artistique. Cela implique plus de moyens, plus des jeunes formés et une stratégie de développement de compétences techniques qui s’inscrit dans la durée …

Nous serons très heureux de former de partenariats dans ce sens à travers la RDC.»

Vous pouvez suivre en vidéo son interview avec « IWACU – Bujumbura »

Commentaires :

Ceci peut vous intéresser

Article suivant ...

Dj Gaytt de retour sur la scène musicale, faut-il parler d’« un retour qui fait peur » ?