X

Copyright © 243 Stars
contact@243stars.com
+243 840 422 337

Sud-Kivu : Aldor, Kinjaah, Cor Akim et Thomas Lusango disent « non à l’esclavage en Lybie » à travers un méga concert

PARTAGER

Twitter Facebook Google Plus WhatsApp
Sud-Kivu : Aldor, Kinjaah, Cor Akim et Thomas Lusango disent « non  à l’esclavage en Lybie » à travers un méga concert
Cor Akim, Kinjaah et Aldor à l'Institut Français de Bukavu, Photo crédit: Musaba Proust

C’est à travers une vidéo diffusée sur la chaine américaine Cable News Network, CNN, que le monde a découvert un scandale en Libye. Des migrants africains sont vendus aux enchères comme esclaves pour des sommes allant jusqu’à 435 Euros.

Plusieurs artistes manifestent à travers le monde leur consternation, eu égard à cette exécrable situation qui déshonore l’homme noir.

 A Bukavu, les artistes ne restent pas indifférents face à cela. Sous l’initiative de Kinjaah, Cor Akim, Thomas Lusango et Aldor, un grand concert humanitaire d’indignation est prévu le 17 décembre 2017, dans la grande salle du collège Alfajiri.

Pour Cor Akim, il est inadmissible que pareils traitements dégradants et dénigrants soient administrés aux africains en plein 21e siècle.  Pour lui, aucune valeur marchande ne peut justifier la vente d’un humain.

«Nous allons crier de notre force et avec des médias, comme 243stars, la Rfi et les réseaux sociaux nous espérons pousser notre cri d’alarme au niveau international » confie l’interprète de Sorry really.

« Nous devons nous lever nous  artistes et médias d’abord. Même si il y a un côté politique, ils vont constater que notre mobilisation ne pourra en aucun cas faiblir  » confie le slameur et rappeur révolutionnaire A.L.D.O.R.

Plusieurs autres artistes prendront part à cette activité, parmi lesquels Jeffrey, Le Juif, C.M.P, London et Joyeux Bin Kabodjo.

En guise de rappel, il y a de cela 90 ans que la convention relative à l'esclavage signée à Genève a interdit l’esclavage. Dans ce texte, conformément aux dispositions de l'article 2, tous les pays s’étaient engagés à prévenir et  à réprimer l'esclavage sous toutes ses formes.

Malgré cela, le maestro et ethnomusicologue Thomas Lusango, qui a toujours su partager ses idéaux sur l’Afrique à travers des rythmes musicaux, s’indigne du fait que ce sont des africains qui sont en train de prendre d’autres africains en esclavage, sous une complicité occidentale.

Après sa chanson Je dis non, Kinjaah, l’une des plus belles voix féminines de la partie Est du pays signale qu’à travers ce rendez-vous musico-mélancolique, elle espère voir toute la communauté internationale s’impliquer afin de redorer le blason de l’image de l’homme noir ternie en cette période.

« Je ne peux pas dormir, je suis tellement en colère qu'il faut absolument que je fasse quelque chose. Ecrire une chanson sur ce qui se passe ne  suffit pas, nous avons pensé qu'un spectacle de grande ampleur réunissant tous les artistes ayant des messages s’inscrivant dans notre lutte »  fait remarquer cette artiste musicienne qui mélange musique douce, rap, RNB, zouk et salsa.

Ce concert du 17 décembre débutera à 14h00 dans l’amphithéâtre du collège Alfajiri sise avenue patrice Emery Lumumba en commune d’Ibanda. L’accès à la salle se fera moyennant aucun paiement, un concert gratuit pour raison humanitaire.

Commentaires :

Ceci peut vous intéresser

Article suivant ...

L'Academie Royale des Beaux-Arts réunit 10 des plus grands chanteurs et rappeurs de Goma pour une chanson de Noel