X

Copyright © 243 Stars
contact@243stars.com
+243 840 422 337

Voici les raisons qui ne permettent pas les paysans de Masereka de s’intéresser aux réseaux sociaux

PARTAGER

Twitter Facebook Google Plus WhatsApp
Voici les raisons qui ne permettent pas les paysans de Masereka de s’intéresser aux réseaux sociaux
Masereka 2019

A Masereka, une commune rurale située à l’Est du territoire de Lubero sur une distance d’au moins 60 kilomètres de la ville de Butembo (Nord-Kivu), les téléphones de « haute facture »

Dans la région précitée, beaucoup des choses restent encore à faire pour aboutir au développement sur plusieurs plans. Et puis, voici les raisons qui ne permettent pas aux habitants de Masereka survivant de l’agro-pastorale, de s’intéresser aux réseaux sociaux comme watsapps, facebook, et autres moyens de communication.
 
. Au village de Masereka la connexion mobile est quasi-inexistante
 
Dans cette commune rurale, le réseau est volatile. « Appel d’urgence seulement » sont là les mots qui restent à l’accueil-écran des téléphones d’un bon nombre des habitants. Pour passer un appel mobile, il faut bien être assez sportif car, à Masereka, l’on doit parcourir ou s’installer au sommet d’une montagne kilométrique avant d’obtenir de la connexion mobile. 
 
. Les mégaoctets sont une pièce rare
 
L’inexistence presque du réseau mobile dans le milieu est à mettre à l’actif de la rareté des mégas dans le village de Masereka. Par conséquent, les paysans restent couper au monde informationnel. Ils n’ont pas accès aux réseaux sociaux et pourtant, l’internet constitue un outil nécessaire pour tous les passionnés de l’information et la communication ! On est vraiment contraint de naviguer et on n’a même pas envie de connaitre c’est qu’un « réseau social » s’indignent un natif de Masereka. 
Ainsi, pour désenclaver cette entité de la sous-information, les habitants de Masereka plaident pour l’implication du nouveau gouvernement et des entreprises de communication afin de doter le milieu des antennes de connexion mobile.  
 

Commentaires :

Ceci peut vous intéresser

Article suivant ...

La structure Afric'arti a déjà une solution pour les grandes vacances