X

Copyright © 243 Stars
contact@243stars.com
+243 840 422 337

Interview Sista Becky : je suis l’avenir du rap féminin congolais et je dois l’assumer

PARTAGER

Twitter Facebook Google Plus WhatsApp
Interview Sista Becky : je suis l’avenir du rap féminin congolais et je dois l’assumer
Photo Sista Becky, Décembre 2016 @Droit Tiers

Dans une interview accordée au confrère du « Son du bled », celle qu’on surnomme la « First Lady » du rap congolais, Sista Becky parle de ses ambitions, sa vision pour le rap féminin congolais et de ses débuts en musique.

Sista Becky de son vrai nom Rebecca Kalonji est une artiste, auteure compositrice de nationalité congolaise née à Kinshasa, en République Démocratique du Congo. Comment la « First lady » du rap congolais s’est retrouvée dans le monde du Hip Hop ?

La musique a toujours fait partie de ma vie

Passionnée de la musique dès le bas âge, Sista Becky, inspirée par des figures comme Diams et Nicki Minaj, se lance dans une carrière professionnelle en 2016 avec son single «Monsieur le Rap » et c’est seulement après ce titre qu’elle attire les yeux du public congolais qui jusque-là n’était qu’habitué à voir des hommes dans le « Rap game ».

« … Je pense que honnêtement la musique a toujours fait partie de ma vie que ce soit depuis mon jeune âge jusqu’à aujourd’hui. Donc être musicienne dans le sens professionnel je dirai que c’est depuis 2016 avec mon single ‘Monsieur le Rap’ et voilà aujourd’hui on essaie de continuer la carrière et la mise en place… 

Au fait Sista Becky c’est venu vraiment je dirai de la street parce que j’avais des confrères qui m’appelaient toujours ‘yo la Sista’  et c’est comme ça que Sista et Becky qui est un diminutif de Rebecca ont donné naissance à Sista Becky … » NDLR

Face à un entourage masculin du rap congolais, je suis l’avenir du rap féminin et je dois l’assumer

Déjà surnommée « First Lady » du rap congolais par le grand public, la Hitmaker de « Notorious Spirit », son dernier titre en date, pense continuer son combat jusqu’à voir émerger beaucoup de femmes dans le rap congolais, un univers « majoritairement masculin et parfois misogyne ».

« Aujourd’hui pour moi c’est une fierté parce que je le dis dans ‘Flip Flop’, j’ai envie d’inspirer le monde. Si aujourd’hui j’inspire le monde avec ce titre là, ‘First Lady’, je me dis que Oui, j’ai réussi ; je pense que je ne dois que l’assumer avec le travail …

Honnêtement je suis gracieuse, parce que j’ai eu le soutien de beaucoup de personnes mais surtout particulièrement des hommes. J’ai eu plusieurs mentors et aujourd’hui ça ne fait que continuer et je n’aime pas trop ce discours où on dit que le rap féminin n’est pas vraiment en vue dans le côté Hip Hop que ce soit partout ailleurs, parce que des femmes existent. C’est juste peut être qu’on leur porte pas trop attention ou peut être que à cause de certaines difficultés sur le chemin on arrête parce que la musique n’est pas du tout facile mais je pense qu’aujourd’hui au Congo je suis une personne qui me bat pour que le rap au féminin soit vraiment mis en avant et demain ou après-demain je suis sûre qu’on aura plusieurs ! Donc pour moi c’est le rêve qu’on se dise que Oui aujourd’hui il y a Sista Becky, demain Unetelle, Unetelle et ça va vraiment faire la valeur de la femme … 

… mais il faut travailler : il ne suffit pas de faire des sons, il ne suffit pas d’en sortir, il ne suffit pas de faire des titres, il ne suffit pas d’être visible. Il faut travailler, il faut du contenu, il faut de la recherche et moi je pense que ce sont des valeurs que vraiment je prône et je vais vraiment passer un message très sérieux à des femmes qui estiment et qui pensent devenir des rappeuses un jour. Ce que c’est pas facile parce qu’il faut vraiment non seulement du tact mais il faut du caractère, il faut de la manière, il faut du respect et ça en va vraiment d’une vision sérieuse …

La musique c’est pas du tout facile, donc honnêtement je penserai d’abord à leur donner comme conseil ‘Entourez-vous des gens bien’ ! Les bonnes personnes autour de vous vous permettront d’atteindre votre objectif parce que plus vous vous entourez de personnes qui ne comprennent pas votre vision ou votre chemin, vous pourrez trouver des obstacles et je ne pense pas que tout le monde aura la même grâce que moi de s’en sortir, d’être assez intelligent, d’être assez capable parce qu’on ne se suffit pas ; on a toujours besoin des personnes et la première de choses c’est de s’entourer de bonnes personnes. La deuxième des choses c’est qu’on innove dans le rap parce que le rap existe déjà au féminin et allez dans la recherche, dans la création ; soyez vous-mêmes en fait : n’essayez pas d’imiter qui que ce soit ou de copier qui que ce soit ; faites vraiment de votre mieux d’être originale…»

L’intégral de l’interview c’est là !

Commentaires :

Ceci peut vous intéresser

Article suivant ...

Qui est Yafeti Cheko Leo, le jeune prodige congolais qui donne une seconde vie à vos pneus usagés et bouteilles en plastique ?